[SF] Des fleurs pour Algernon, de Daniel Keyes

Un peu de repos dans ce monde à 200 km/h. Y a-t-il plus grand plaisir que de lire et relire son livre de chevet ? Parle-nous donc ici de tes coups de coeur littéraires, ainsi que de tes BD & Comics favoris.

Modérateur : Ero-modos

pyjama
Jounin
Messages : 1543
Inscription : mar. 02 août 2005, 18:37

[SF] Des fleurs pour Algernon, de Daniel Keyes

Message par pyjama » mar. 05 déc. 2006, 00:32

Coucou les gens,
Ca fait super longtemps que j'ai pas fait de fichounette de lecture alors je me lance sur un autre livre que j'ai adoré. Bien entendu, c'est toujours de la SF, mais très différente des livres que j'ai déjà présentés.
D'ailleurs, dans les guides de SF, il est souvent cité comme le livre à faire lire pour montrer aux lecteurs pleins d'à priori qu'eux aussi peuvent aimer la science-fiction. Et si j'en crois ma propre expérience menée sur mon entourage, ça marche bel et bien!

Bref, un livre à lire absolument, pour les fans de SF ou non...



Des fleurs pour Algernon, de Daniel Keyes


1966
256 pages

Hugo, nouvelle / Short story, 1960
Nebula, roman, 1966

Image


Résumé approximatif :

Charlie Gordon est un jeune homme de 32 ans qui travaille comme aide dans une boulangerie. Charlie Gordon va également 3 fois par semaine aux cours pour adultes attardés du Collège Bikman. Son rêve, c'est tout simplement de devenir intelligent. Comme ça, il aura pleins d'amis...
Algernon est une souris de laboratoire. Grace à une injection de serum, des scientifiques ont réussi à décupler ses capacités intellectuelles.
Ce qu'ils ont réussi sur Algernon, ils proposent de le tenter à son tour sur Charlie.

Et Charlie passe progressivement du statut "d'attardé" à celui de génie. C'est alors une véritable découverte de notre monde, de sa culture, des sciences... C'est également une découverte de l'amour, sentiment qui lui avait jusqu'alors toujours été refusé. C'est surtout une prise de conscience de l'imperfection des gens qu'il respectait autrefois, et de la méchanceté de ceux qu'il considérait comme ses amis.

Mais un jour, il remarque que les extraordinaires facultés intellectuelles d'Algernon déclinent. Va-t'il lui aussi suivre le même chemin?


Mon avis

Ce roman est tout simplement un chef d'oeuvre. D'une lecture très rapide, en peu de pages, il est de ceux qui peuvent changer votre façon de voir les autres, tout comme votre façon de vous voir vous même.
Plus qu'une réflexion sur la nature de l'intelligence, cette histoire est un appel à la tolérance.

Toute la narration se fait par la plume de Charlie : les scientifiques lui ont demandé d'écrire des comptes rendus de ses impressions afin d'étudier son évolution et c'est à travers ces comptes rendus que l'on observe progressivement son éveil à l'intelligence avant d'assister à sa régression...

Bref, comme vous pouvez l'imaginer, c'est un roman très poignant et d'une très grande sensibilité.

Je le conseille vivement à tous, quelque soit vos gouts habituels en matière de lecture.


Quelques extraits:

Conte randu n°1

3 mars. Le Dr. Strauss dit que je devrez écrire tout ce que je panse et que je me rapèle et tout ce qui marive à partir de maintenan. Je sait pas pourquoi mais il dit que ces un portan pour qu’ils voie si ils peuve mutilisé. J’espaire qu’ils mutiliserons pas que Miss Kinnian dit qu’ils peuve peut être me rendre un télijan. Je m’apèle Charlie Gordon et je travail à la boulangerie Donner. Mr. Donner me donne 11 dolar par semène et du pain ou des gâteau si j’en veut. J’ai 32 ans et mon aniversère est le mois prochin. J’ai dit au Dr. Strauss et au proféseur Nemur que je sait pas bien écrire mes il dit que sa fait rien il dit que je dois écrire come je parle et come j’écrit les compositions dans la classe de Miss Kinnian au cour d’adultes atardé du Colege Bikman où je vait 3 fois par semène a mes heures de liberté. Le Dr. Strauss dit d’écrire bocou tou ce que je panse et tou ce qui m’arive mes je peux pas pansé plus pasque j’ait plus rien a écrire et je vais marété pour ojoudui.

Charlie Gordon
_______

Conte randu 3. — 7 mars. Le Dr Strauss et le Dr Nemur dise que pour les taches sa fait rien. [...] Ils on dit que miss Kinnian a dit que j'étai son meyeur élève au cour du soir pour les adultes parsque je fai tout ce que je peu et je veu vraiman aprandre. Ils on dit coman sa se fait que ta été tout seul au cour du soir Charlie. Coman que tu la trouvé. J'ai di que j'ai demandé à des jans et quelquun ma dit ou je devrai allé pour aprandre a lire et écrire comme y faut. Ils ont dit pourquoi que tu voulais aprandre. J'ai di parsque toute ma vie j'ai voulu être intelijan au lieu d'être bête. Mais c'est tres difficile d'être intelijan. Ils on dit tu sais que ce sera probableman tant porère. J'ai di oui. Miss Kinnian me l'a dit. Sa me fait rien si sa fait mal.
[...]
Après des hommes en blouse blanche mon anmené dans un autre androit de lopital et ils mon donné un jeu. C'était comme une course avec une souri blanche. Ils apelait la souri Algernon. Algernon était dans une boite avec des tas de tournans qui faisait comme des murs et on ma donné un crayon et un papier avec des lignes et des tas de cases. D'un coté y avait DEPART et de l'autre coté ARRIVEE. Ils on dit que c'était un abirinte et qu'Algernon et moi on avait le même abirinte a faire. Je pouvais pas conprandre coman on pouvait avoir le même ahirinte si Algernon avait une boite et moi un papier mais j'ai rien di. Et pui j'avai pas le tant parce que la course allait comancé.
Un des hommes avait une montre qu'il essayait de caché pour que je la voye pas alor j'essayai de pas regardé et sa me randait nerveu.
En toucas ce test ma anbété pluss que les autres parsqu'ils l'on fait plu de 10 fois avec des abirintes diférant et Algernon a gagne toutes les fois. Je savai pas qu'une souri c'était si intelijan. Algernon est une souri blanche. Peutètre que les souris blanche son plus intélijante que les autres.
_______________

15 avril. — Miss Kinnian dit que j'apprends vite. Elle a lu quelques Compte Rendus et elle m'a regardé drôlement. Elle dit que je suis quelqu'un de bien et que je les étonerai tous. Je lui ai demandé pourquoi. Elle a dit peu importe mais que je ne devrai pas être découragé si je trouve que tout le monde n'est pas chic comme je crois. Elle dit que pour quelqu'un que la nature a si peu gâté je fais mieux que des tas de gens qui ne se servent pas de leur cerveau. J'ai dit que tous mes amis sont intelligents mais gentis. Ils m'aiment bien et ils ne m'ont jamais fait de méchanceté. A ce moment elle a eu quelque chose dans l'euil et il a fallu qu'elle court au lavabo.
_________________

15 mai. — Le Dr Strauss est très en colère après moi parce que je n'ai pas rédigé un seul compte rendu en quinze jours. Sa colère est justifiée parce que le labo me paie maintenant un salaire régulier.
[...]
Contrairement à l'impression que je m'étais faite de lui tout d'abord, je me rends compte que le Dr Nemur n'a rien d'un génie. Il a un esprit très développé, mais constamment en proie au doute. Il veut que le monde le prenne pour un génie. C'est pourquoi il est important pour lui d'avoir le sentiment que ses travaux sont acceptés par le monde. Je crois que le Dr Nemur craignait de nouveaux retards parce que quelqu'un aurait pu faire une découverte dans ce domaine et lui enlever le droit à la reconnaissance publique.
Le Dr Strauss, en revanche, pourrait être qualifié de génie, encore que j'aie l'impression que sa culture n'est pas assez étendue. Il a été éduqué dans la tradition d'une étroite spécialisation; les aspects plus larges d'une solide culture générale ont été beaucoup trop négligés —même pour un neurochirurgien. J'ai été vivement étonné d'apprendre que les seules langues anciennes qu'il pût lire étaient le latin, le grec et l'hébreu, et qu'il ne connaît presque rien des mathématiques au-delà des niveaux élémentaires du calcul des variations. Quand il me l'a avoué, j'en ai été presque ennuyé. Ce fut comme s'il avait caché cette partie de lui-même afin de me tromper, en prétendant être ce qu'il n'est pas — ainsi que le font bien des gens, d'après ce que j'ai découvert. Je ne connais personne qui soit ce que l'on pourrait croire d'après les apparences.
Le Dr Nemur paraît mal à l'aise en ma présence. Parfois, quand j'essaye de qui parler, il me regarde d'une façon bizarre et se détourne. J'ai été en colère au début, quand le Dr Strauss m'a dit que je donnais au Dr Nemur un complexe d'infériorité. Je croyais qu'il se moquait de moi et je suis sensible à l'excès de la moquerie.
[...]

Guts Rendan
Finot Ergo Sum
Messages : 2877
Inscription : sam. 08 oct. 2005, 19:22
Localisation : Lima
Contact :

Message par Guts Rendan » mar. 05 déc. 2006, 00:56

Alors là je suis fan :bravo: !!

Je pensais pas voir un jour un topic sur ce livre ! :shock: comme quoi cette section littérature est aussi inversement étonnante qu'elle est fréquentée :lol:

C'est un livre de coeur celui ci ! J'adore ce bouquin : le titre déjà j'aime beaucoup parce qu'il entre bien en rapport avec le roman quand on l'a fini et ça c'est assez rare ! :grin:

Sinon je crois que je vais pas faire n commentaire super long et constructif parce que d'une Pyjama a pas mal présenté l'oeuvre, deuxièmement c'est un livre que j'ai lu 3 fois mais il y a bien longtemps (entre la quatrième te la seconde) et je ne voudrais donc pas dire de conneries et enfin parce que ce livre se passe de commentaires : lisez le ;-)

sevee
Chunnin
Messages : 607
Inscription : lun. 30 oct. 2006, 21:25
Localisation : sur le forum...

Message par sevee » mar. 05 déc. 2006, 09:46

Le téléfilm Des fleurs pour Algernon est sorti sur France 2 le 15 novembre avec Hélène de Fougerolles et Julien Boisselier. J'avais très envie de le voir, et comme souvent, j'ai raté :lol: .

Mais j'ignorais que c'était à l'origine un livre de SF. Pourquoi a t'on classé ce bouquin dans ce genre littéraire ? Allez, Pyj, prépare ton exposé !! :twisted:
Image

Guts Rendan
Finot Ergo Sum
Messages : 2877
Inscription : sam. 08 oct. 2005, 19:22
Localisation : Lima
Contact :

Message par Guts Rendan » mar. 05 déc. 2006, 10:21

Eh bien tout simplement parce-que le livre raconte une histoire dont l'évolution est axée autour d'une prouesse médicale qui à l'heure d'aujourd'hui relève de la simple fiction mais croise aussi un monde assez proche et assez réel par rapport à celui que l'on connaît ;-) En gros ça correspond à peu de chose près à ce qu'est la science fiction 8-)

Bon après c'est vrai que la dimension de science fiction ne sert que de toile de fond ou de postulat de départ je pense, le reste n'étant que la mise en forme d'une introspection humaine et la mise en évidence des enjeux et des dynamiques qui caractérisent les relations humaines. :razz:

Ce livre pose plein de questions sur la valeur qu'ont vraiment les relations que l'on entretient avec les gens, comment elles peuvent évoluer,etc. Une chose est sûre, le parallèle entre une souris et un homme, sujet classique de la critique de la "cobayisation humaine", est ici traitée de façon intelligente et émouvante avec une habileté remarquable :-) Une souris meurt, un suspense naît en vous... :cry:

pyjama
Jounin
Messages : 1543
Inscription : mar. 02 août 2005, 18:37

Message par pyjama » mar. 05 déc. 2006, 19:06

Wahou! Tu l'as lu trois fois en deux mois? C'est vrai que t'es un fan authentique... :mrgreen:
Enfin, moi aussi je l'avais lu pour la première fois en seconde mais je l'ai relu l'année dernière (ou peut être celle d'avant) et contrairement à d'autres lectures que j'avais pu faire à la même classe, ce livre est toujours aussi excellent même avec 5 ans de plus.

Sinon Sevee, oui il y a bien un téléfilm d'après copain NooSFère (et même deux, plus un film, comme quoi c'est une histoire qui inspire... et y'a de quoi!)
Je n'en ai vu aucun, mais je suis décue d'avoir loupé celui diffusé en Novembre. J'aurais bien aimé voir ce que donnait une adaptation. Une prochaine fois peut être...

Et même si le décors de ce livre n'a rien de science-fictif, cette histoire est bel et bien de la SF. Comme le dis très bien Guts, son point de départ est une prouesse scientifique totalement impossible au vu de nos connaissances actuelles. Rien que cela suffit à en faire une oeuvre de SF.
Mais il y a plus dans sa structure même. Car l'ensemble de l'histoire se résume presque à un "et si c'était possible, que se passerait-il?..." Et c'est surtout ça la SF: partir d'un fait impossible, le supposer réalisable et étudier son impact sur l'homme.

Les fusées sont loins d'être une necessité pour être classé SF...
Et les meilleurs bouquins de SF traitent tous avant tout de l'homme, et ce livre là en fait partie.
Guts Rendan a écrit :Une souris meurt, un suspense naît en vous...
Super accroche qui évoque bien le livre (quoique y'ai pas des masses de suspens en fait)
Je suis dégoutée de pas l'avoir trouvée moi même...




***EDIT***
pour les interessés, je file le liens de la critique du cafard qui est assez interessante:
http://www.cafardcosmique.com/Des-fleur ... n-de-KEYES

istari
Ninja de Légende
Messages : 6419
Inscription : mer. 27 juil. 2005, 18:07
Contact :

Message par istari » mar. 05 juin 2007, 15:11

Bon je suis au milieu du bouquin (enfin presque quoi .. la moitié de la moitié)

Et j'avoue qu'on prend du plaisir à suivre les idées grandissantes de Charlie.
ca m'a fait un peu bizarre cette façon dont il a décrit son propre personnage, sa propre personne. Dans les flashbacks qu'il a il décrit Charlie comme une autre personne. Certes, ça doit faire un peu cet effet, je ne sais pas bien.. Mais ça met quand même mal à l'aise...
Est ce qu'on devient une personne différente quand son QI augmente?

J'ai bien aimé aussi la définition du QI qui a été donné... Enfin, les phrases qui ont tournées autour...
Ce n'est pas parce qu'on a un fort QI qu'one st intelligent. C'est un peu comme une bouteille .. Qui peut être vide. et le QI représente un peu la vitesse à laquelle la bouteille se remplit et la vitesse à laquelle elle fuit.
C'est de cette façon que je l'ai compris. Et j'avoue que ça me plait bien.

On voit parfaitement dans l'histoire que Charlie accumule plus vite les informations qu'au début mais il n'en est pas pour autant plus intelligent. Il découvre tout et tout le surprend.

J'ai beaucoup apprécié le fait de voir totu à travers ses yeux. Et nous de nous rendre compte qu'il est mené par le bout du nez. On prend véritablement le personnage en pitié au début du livre.. Et en avancant on se rend compte qu'il prend en quelques jours des décisions décisives que les gens ordinaires mettent des mois voir des années à prendre. Si on considère qu'il est comme un garçon de 13 14 ans à l'endroit où j'en suis...

Bref, j'aime bien.. Même si j'ai l'impression que le 4e de couverture en dit trop...

Avatar de l’utilisateur
iori
Sannin
Messages : 4353
Inscription : lun. 01 août 2005, 19:12
Localisation : à Yeurs

Re: [SF] Des fleurs pour Algernon, de Daniel Keyes

Message par iori » dim. 11 mai 2008, 18:00

c'ets la fête! 2 posts en section littérature dans la même journée c'est assez rare pour être souligné! donc j'e m'auto félicite de ce soudain regain d'activité pttienne :lol:


Bon vous m'avez convertie à ce bouquin ^^ et c'est pas pour me déplaire

Par un heureux concours de circonstances, je me suis trouvée avec ce livre chez moi, du coup je me suis dit "hé mais je connais ils en ont parlé sur le forum en en disant plein de bien"

j'ai donc profité de l'occasion poru découvrir cette oeuvre


(ouai en même temps si je suis là vous vous en doutez ^^')

J'ai adoré ce livre!
ça m'a émue et j'ai trouvé que l'auteur a su traiter les sentiments de son personnage d'une façon très intelligente, on suit son évolution, on a envie de le voir évolué, on a mal quand il se rend compte qu'auparavant les gens se moquaient de sa bêtise.
On a peur avec lui quand il se méfie de "celui qui l'observe", et là on comprend le mal être qui s'empare de lui: il en vient à devenir lui même spectateur de ce qu'il était, il en vient à se traiter lui même comme un étranger, comme s'il n'avait jamais pu être cet autre Charly, si bête.

Du coup, les réactions de Charly à l'approche de sa décadence sont plus faciles à appréhender: parce que tout est raconté de façon à ce qu'on le suive pas à pas, qu'on assimile son raisonnement.

Finalement j'ai l'impression que le plus difficile pour lui ça n'a pas été forcément de se rendre compte qu'il allait décliner, mais surtout que lui même avait oublié de s'accepter, d'accepter le Charly de son passé.

je crois que c'est ce que j'ai trouvé de plus "dur " dans son histoire

ça, et bien sûr le fait que bête, ou intelligent il est toujours en décalage avec les autres, il n'a pas d'alter égo, mais c'est notre lot à tous non?
on ets toujours plus bête qu'un autre, ou plus intelligent qu'un autre, et même quand on trouve quelqu'un d'à peu près similaire, on a chacun ses domaines de plus ou moins, du coup il existe toujours cette sorte d'impression de décalage
en tout cas je ne pense pas me tromper en disant qu'on a tous, à des degrès différents, cette impression d'être parfois très éloigné de certaines personnes, parfois parce qu'on est trop bête pour parler avec eux, parfois parce qu'on sent que ce sont les autres qui sont gênés par ce qu'ils supposent être notre intelligence (mais là aussi il y a la question de ce que c'est que cette intelligence, question qui est aussi soulevée par le livre! décidément il n'est pas long mais il renferme vraiment beaucoup de choses ^^')



évidemment je ne sais pas expliquer ça alors que c'est si bien dit dans le livre (ou alors j'ai tout interprété de travers comme ça m'arrangeait ^^')


voilà merci d'avoir vanté les mérites de ce livre! j'ai mis le temps pour y gouter mais ça valait vraiment le coup! :jap:


et vive la section littérature la meilleure de l'univers forumial!!!!

Jainas
Jounin
Messages : 1096
Inscription : dim. 24 juil. 2005, 15:15
Contact :

Re: [SF] Des fleurs pour Algernon, de Daniel Keyes

Message par Jainas » dim. 11 mai 2008, 20:49

J'ai lu ce bouquin il y a un peu moins d'un an je crois, et il m'a vraiment fait pleurer comme une madeleine.

L'évolution de Charlie est terriblement poignante, il est comme un enfant qui apprend à voir le monde bien trop vite et est confronté à tous ses aspects déplaisants ou non... Les relations aux autres, il pert son innocence, et on en vient à se demander s'il n'était finalement pas plus heureux en tant que simplet incapable de prendre conscience des moqueries des gens autours de lui. L'"intelligence", le change, et pas forcément en bien, mais en même temps c'est tout a fait logique...
La partie du roman durant laquelle il se sent régresser est celle qui m'a le plus émue, parce qu'il sent ses capacités le quitter petit à petit,il se sait partir sans rien pouvoir y faire.

La force de ce roman exceptionnel est dans la simplicité de la narration, mais aussi dans les multiples interprétations qu'il ouvre sur l'intelligence, les relations humaines, le bonheur...

Grumpy
Etudiant à l'académie
Messages : 55
Inscription : ven. 07 mars 2008, 21:50

Re: [SF] Des fleurs pour Algernon, de Daniel Keyes

Message par Grumpy » lun. 12 mai 2008, 22:43

Je ne suis pas très inspiré pour poster un truc super long, en plus beaucoup de choses ont été dites à ce sujet !

En tout cas, il s'agit d'un livre génial à mettre entre toutes les mains ! Une histoire poignante et prenante !
* 14 février : Saint Valentin, saint patron des amoureux (celui qui allume la flamme de l'amour ^^)
* 15 février : Saint Claude, saint patron des amateurs de pipe (celui qui souvent la rallume !!)

Répondre